Accompagner la vague… ou couler.

Notre perception du monde dépend de l’information qui nous parvient. Et depuis quelques années, les progrès technologiques ont engendré une profonde mutation de cette information. On aurait tort de penser qu’il s’agit d’une simple évolution de la marche du monde, et que pour le reste, c’est « business as usual ».

Lorsqu’on modifie aussi profondément la nature et l’accès à l’information, c’est l’humanité toute entière qui s’en trouve transformée : la première de ces ruptures a été l’invention de l’écriture, par laquelle l’information a pu être stockée et transmise de manière fiable. La seconde a été l’imprimerie, donc la reproduction et la diffusion de masse, permettant aux idées de se propager.

A présent, nous vivons la rupture numérique : toute l’information est théoriquement disponible immédiatement, partout. Les révolutions s’organisent sur twitter, les algorithmes parcourent nos données et permettent aux entreprises de savoir ce que nous désirons avant même que nous en soyons conscient… notre monde se digitalise au point qu’on se croirait dans le film Matrix, où la totalité du monde peut être représentée sous forme d’un déluge de chiffres et de signes.

En tant qu’observateur et acteur du monde de l’entreprise, je suis témoin attentif et passionné de ce véritable déluge numérique depuis près de 20 ans.

Certains dénoncent avec justesse les dangers de cette digitalisation envahissante : menaces sur la vie privée, piratage de données sensibles, compétition mondialisée, perte d’emplois, dilution du lien social, confusion entre mondes réel et virtuel, etc. D’autres mettent en avant le formidable potentiel qui s’ouvre devant nous,en terme de connaissance, de liberté mais aussi de croissance économique.

Quoiqu’il en soit, au milieu de cette pluie incessante d’information digitale, il va falloir apprendre à nager, sous peine de finir noyé. Il est inutile d’espérer un sauveur qui vous mettra à l’abri. Il n’y a ni Néo comme dans Matrix, ni Noé comme au déluge.

jump-1370213-001

Alors il est temps d’accompagner la vague…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *