La fin programmée des cols blancs ?

La transformation digitale a déjà modifié bien des aspects de nos société et bien des comportements depuis les années 2000. C’est une mutation de fond qui n’est pas prêt de s’essouffler. Certains craignent à présent qu’elle marque la fin des cols blancs. Ils redoutent que l’économie digitale affecte les employés administratifs et les cadres comme la mondialisation et l’automatisation industrielle ont affecté les cols bleus dans les années 1980-1990…

Les progrès technologiques déplacent la frontière entre les métiers que l’on savait automatisables et ceux que l’on croyait préservés. Big data, machine apprenante, Internet des objets, transforment aujourd’hui des activités de nature intellectuelle. La nouveauté, c’est que des emplois intermédiaires sont également à risque comme les fonctions administratives en entreprise, les métiers juridiques et de nombreuses fonctions d’encadrement, qui ont historiquement été pourvoyeuses d’emploi pour la classe moyenne.

robot_calc

Il serait inutile, et même dangereux, de combattre cette évolution technologique. Elle est déjà en marche. Comment faire alors ? Il me semble que les pouvoirs publics ont un rôle important à jouer. La mutation technologique détruit certains emplois, mais elle en crée d’autres. La Belgique et l’Europe ont la capacité de capter les dividendes de cette mutation, à condition d’entamer des réformes structurelles de leur appareil productif. Il faudra aussi préparer les travailleurs à de nouveaux emplois et à une nouvelle philosophie de travail. C’est là que la formation continue prend toute son importance.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *