Stimuler les séniors à entreprendre: une vraie ou une fausse bonne idée?

Les chiffres parlent ! Trop peu de jeunes souhaitent devenir indépendants. Selon une étude européenne, 48% des jeunes qui sortent de l’école disent vouloir créer leur entreprise. Seulement 1% le font réellement. Principal frein à leur rêve entrepreneurial : le contexte économique. En France, une étude menée en 2009 montrait que 2, 5 millions de séniors (50 ans et +) envisageaient de devenir patron ! Aider les séniors à entreprendre ? Selon moi, ils ont peut-être, davantage que les jeunes, un capital confiance, un réseau, du cash,… Autant de facteurs clés pour réussir quand on entreprend. En sachant que l’aide pour

Les opportunités de l’analyse de la concurrence et de l’étude de marché revisitées… (8/8)

Devenir un starter « post-moderne » à la rentrée – chronique de l’été (8/8) Voici déjà la dernière étape de notre parcours de l’été. A travers lui, l’enjeu était de vous donner les clés pour mieux appréhender les nouvelles opportunités pour entreprendre en Wallonie et en Grande Région. Après avoir tenté de déterminer les nouveaux métiers qui pourraient voir le jour dans divers secteurs, il est temps de penser à déterminer les contours de votre propre activité d’entrepreneur “post-moderne”. Cela commence par une étude de marché. A ce niveau aussi, les évolutions que connait notre

Ayez toujours dix clients d'avance !

Cela fait plus de 10 ans que j’accompagne au quotidien des starters. Un métier formidable avec de magnifiques possibilités nouvelles dans  et pour le monde d’aujourd’hui, mais surtout celui de demain ! Le client ne vient pas tout seul Cela va sans dire : pas de clients, pas d’entreprises. Or, je constate encore aujourd”hui que beaucoup de starters croient malheureusement que c’est le statut d’indépendant ou de chef d’entreprise qui va leur amener naturellement des clients… Croyez moi ou non, c’est très fréquent ! A tous les starters, mobile casino à ceux qui ont décidé

Xavier Goebels (Pointcarré): une vision du commerce étendue à l’odorat

Dans la chronique que je vous soumettais hier, relatif aux évolutions attendues dans le monde du commerce, j’évoquais l’opportunité, pour les commerçants de demain de solliciter, au-delà de la vue ou de l’ouïe, des sens comme l’odorat, pour créer des expériences de consommation unique.  Relire l’article en cliquant ici. Je ne croyais pas si bien dire. A peine après avoir posté ce article, on m’a fait parvenir cet article intitulé “Pointcarré: des magasins qui ont du flair” et publié dans la magazine économique luxembourgeois paperJam. Y est évoquée la volonté de Pointcarré, enseigne de magasins qui

Commerce: au royaume des “ambianceurs” et de la vente en ligne (7/8)

Devenir un starter « post-moderne » à la rentrée – chronique de l’été (7/8) Voici déjà le sixième volet de notre série de l’été. Aujourd’hui, dans notre parcours pour tenter de mieux appréhender les nouvelles opportunités pour entreprendre en Wallonie et en Grande Région, nous allons nous pencher sur le commerce. Le monde change, la société bouge, nous modes de consommation de biens et de services évoluent aussi. Le commerce, donc, doit s’envisager autrement,  faire sa révolution. Vers une révolution du commerce  Si vous voulez vous surprendre en entreprenant, ou surprendre tout simplement, le commerce est pour

Financement entrepreneurial : grâce au crowdfunding, oubliez les banques

Avez-vous déjà entendu parler du crowdfunding? Le concept peut se traduire par « investissement collectif », « financement participatif » ou encore « financement par le grand public ». Fondamentalement novateur, ce type de financement participatif procède d’une triple évolution: technique, sociale et financière. (Lire l’excellent article de Nicolas GUILLAUME). Financer sans les banques Basé sur le web, le principe de crowdfunding permet à des citoyens ordinaires (amis, connaissances, inconnus, internautes etc.) de financer un projet en commun. Il s’agit généralement de projets qui n’ont pas pu recevoir un financement traditionnel (banques, investisseurs, etc.). Ce

Peut-on produire moins et augmenter son chiffre d’affaires ?

Peut-t-on produire moins et augmenter son chiffre d’affaires? Voilà une question intéressante, derrière laquelle se profile un défi que de nombreux entrepreneurs rêveraient de pouvoir relever. Cet article s’inscrit en complément de celui consacré à l’économie de fonctionnalité. Et veut vous inviter, vous, entrepreneurs ou citoyens qui désirez entreprendre en Wallonie et en Grande Région, à mieux réfléchir en termes de valeur ajoutée et de services, en pensant avant toute chose clients et solutions. Oui, c’est possible Si vous analysez l’exemple de grandes entreprises comme Michelin ou Xerox par exemple, on se rend compte que

La construction passe au vert : des nouveaux business à la pelle ! (6/8)

Devenir un starter « post-moderne » à la rentrée – chronique de l’été (6/8).  Les évolutions de notre société, les nouveaux besoins qu’elle génère, créent de nouvelles opportunités entrepreneuriales. A travers une série de chroniques, cet été, afin d’identifier les nouvelles clés pour entreprendre en Wallonie et en Grande Région, penchons-nous sur les nouveaux enjeux de l’entrepreneuriat. N’hésitez pas à réagir, à construire le débat, à échanger les idées et points de vue.  Avec cette nouvelle chronique, batissons la future manière d’entreprendre dans la construction. S’il est un secteur qui sera impacté par les évolutions démographiques, sociologiques, économiques,

Le déclin du salariat va-t-il favoriser l’entrepreneuriat? Qu’en pensez-vous?

Un article paru dans le journal “Le Monde” que je viens de découvrir a permis d’alimenter mes réflexions les facteurs du développement de l’entrepreneuriat en Grand-Région, en Wallonie et plus généralement en Europe. Cet article traite du “prévisible déclin du salariat”. Je vous invite à le parcourir en cliquant ici. Cette chronique intéressante a soulevé dans mon chef une interrogation, que je vous soumets. Le prévisible déclin du salariat va-t-il favoriser l’émergence de nouveaux entrepreneurs ? La question est posée. Qu’en pensez-vous ? Le débat est ouvert. A vous de le construire. Philippe Ledent