skip to Main Content

Ce qu’aucun parti n’aborde (2/3) : comment prévenir une population âgée de plus en plus nombreuse ?

Cliquez pour lire notre premier article de la série sur le plein-emploi en Belgique.

Le vieillissement démographique en Europe et en Belgique s’accompagne d’une mutation sociale et économique profonde. Un exemple de développement social profond est l »évolution de la nature des structures familiales. En effet, au sein de la population belge, on retrouve une large variété de situations familiales : familles monoparentales, couples sans enfant, ménages dont les deux conjoints travaillent…  Les gens ont tendance à se marier plus tard dans la vie et même à ne pas se marier du tout. Ils sont plus nombreux à vivre seuls et à un âge plus avancé. De nombreux jeunes adultes ne quittent pas le foyer familial ou y retournent, et tardent à joindre les rangs du marché du travail. Il n »y a jamais eu autant de femmes sur le marché du travail.

Regard vers l »avenir

Les dirigeants politiques, de concert avec les secteurs privé, non lucratif et bénévole, devront unir leurs efforts pour améliorer la vie des aînés. La pauvreté s’installe chez un nombre de plus en plus importants d’aînés. En raison d »un faible revenu, d »un piètre état de santé ou d »une incapacité, bien des aînés ne peuvent pas bénéficier de la même qualité de vie que la plupart de leurs pairs.

Les traits distinctifs des aînés de demain divergeront de ceux des aînés d »aujourd »hui. Ce qui risque également d »engendrer des difficultés relatives aux politiques d »intérêt public. Les aînés de demain sont susceptibles d »atteindre un niveau de scolarité plus élevé, d »être en meilleure santé et de bénéficier d »une espérance de vie plus longue. La diversité ethnoculturelle devrait être plus groupe au sein de cette catégorie de la population. De plus, les aînés de demain resteront vraisemblablement actifs durant leur retraite, que ce soit en conservant leur emploi ou peut-être en poursuivant une nouvelle carrière, en effectuant un retour à l »école, en s »occupant de leurs petits-enfants, en faisant du bénévolat ou en voyageant.

Ils auront probablement une famille plus petite et plus diversifiée et moins d »enfants, voire aucun. S »ils sont mariés, ce ne sera peut-être pas leur premier mariage. Par ailleurs, lorsque les baby boomers prendront leur retraite, en particulier les femmes, ils auront différents antécédents professionnels et une protection en matière de pension bien différente de celle des générations précédentes. Ce qui aura des conséquences importantes sur leur revenu de retraite.

Penser la « Silver économie »

Il est fort probable que les aînés de demain continueront à modifier notre perception de la vieillesse en adoptant différentes attitudes et attentes au sujet de la retraite, des relations familiales et des divers services qu »ils reçoivent des secteurs public et privé.

La transition du travail à la retraite, les aidants naturels et les aidants non rémunérés, la préparation financière pour la retraite, les soins à domicile et les options de logement qui permettent aux personnes de demeurer à la maison aussi longtemps que possible, ne sont que quelques-uns des enjeux auxquels la Belgique devra faire face par l »adoption de politiques prospectives et axées sur les besoins des aînés.

Aucun programme politique à ma connaissance n’aborde la « silver économie », qui vise à développer de l’activité nouvelle en réponse à ces besoins nouveaux.

Je vous invite à lire quelques articles plus anciens sur le sujet.

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.