skip to Main Content
Combiner Plusieurs Activités Nuit-il à La Performance ? Le Dilemme Des Slashers…

Combiner plusieurs activités nuit-il à la performance ? Le dilemme des slashers…

Les slashers. Pour les définir professionnellement, il faut utiliser des barres obliques « / », slash en anglais. Untel sera antiquaire/hôtelier. Un autre coach sportif/entrepreneur forestier ou encore maraîcher/community manager. Le mot est récent, mais la pratique a toujours existé, tout simplement parce que certaines personnes ne se contentent pas d’une seule activité. Et si l’expression avait été populaire il y a vingt ans, j’aurais moi aussi été qualifié de slasher. Avec toutes les contraintes et les bonheurs que cela implique…

Pluriactivité et slashers

Commençons par une petite précision. Il existe plusieurs formes de pluriactivité. Certains individus possèdent une activité indépendante et une activité salariée. D’autres cumulent plusieurs activités indépendantes. Ces derniers sont des slashers, et leur nombre ne cesse d’augmenter. Souvent « boulimiques du travail », parfois un peu « schizophrènes professionnels », ils le deviennent par choix ou par nécessité.

Le slasher type est plutôt jeune. On lui donne généralement entre 25 et 35 ans. Selon certains, il est en train de révolutionner notre façon de travailler. En effet, depuis longtemps, on ne fait plus toute sa carrière dans la même « boîte ». Plus récemment, on s’est habitué à acquérir de nouvelles connaissances et à enchaîner des métiers successifs au cours de sa vie professionnelle. Mais les slashers vont plus loin. Ils exercent des métiers différents, simultanément. Ces indépendants multi-casquettes revendiquent leur côté touche-à-tout.

Le risque pour eux, à une époque où les frontières entre vie privée et vie professionnelle se perméabilisent, c’est une perte de repères et une plongée dans un univers où on ne sort jamais du travail. Pour éviter de devenir une sorte de robot humain, il faut une bonne hygiène personnelle et professionnelle.

Six règles pour slasher sans craquer…

Pour gérer plusieurs activités en même temps, il faut avant tout comprendre le fonctionnement de notre cerveau

J’observe attentivement et avec beaucoup d’intérêt le phénomène des slashers depuis quelques années. Je n’ai pas réalisé d’étude sociologique pointue et je ne prétends pas à la rigueur scientifique, mais j’ai observé le fonctionnement de centaines d’entreprises et de jeunes indépendants qui se lancent en combinant plusieurs activités. J’en ai dégagé quelques règles simples, que j’essaie aussi de m’appliquer à moi-même… Si cela vous intéresse, je les développerai dans les prochaines semaines.

De manière synthétique, elles sont au nombre de 6.

  1. Déterminer le « WHY » , le pourquoi qui conduit à la gestion de plusieurs activités simultanément.
  2. Cartographier les différentes activités de manière à ce que visuellement vous puissiez les observer. C’est une démarche heuristique qui facilite le fonctionnement du cerveau.
  3. Regrouper les tâches qui font appel soit à la logique, soit à la créativité,… Cela permet d’augmenter votre efficacité mais aussi votre motivation.
  4. Terminer ce que vous avez commencé. Nous sommes bien plus efficaces, alertes et concentrés en finissant chaque tâche avant de passer à une autre. Si c’est du bon sens, dans les faits, et lorsque le slasheur est le nez dans le guidon, ou dans plusieurs guidons, il s’épuise souvent quand il saut d’une tâche à l’autre sans rien terminer…
  5. Atténuer les sources de distraction. Couper son portable, se discipliner à consulter ses mails à des moments clés de la journée. Et, surtout, se rappeler de l’importance de savoir dire non. Un défi énorme et salutaire !
  6. Prendre du vrai temps pour soi ! Car il y a un temps pour tout : recharger ses batteries pour performer. Un temps pour dormir, un temps pour réfléchir. Cela devrait être une évidence… Cultiver une vie privée et sociale déconnectée de la sphère professionnelle devient LE VRAI privilège des temps modernes. Une forme de luxe qui correspond à une quête de plus en plus complexe.

Enfin, et j’aurais peut-être dû commenter par là : l’élément clé pour rentrer dans cette réflexion sur « Comment gérer plusieurs activités en même temps » suppose de comprendre le fonctionnement de notre cerveau. J’ai eu l’occasion de suivre il y a 3 ans un séminaire donné par le Dr Patrick Georges. Ce professeur de management et médecin neurochirurgien est spécialiste en intelligence humaine et ergonomie cognitive. Il enseigne à l’Université de Bruxelles, à HEC et au Collège des Ingénieurs à Paris. Il est l’auteur des best-sellers dont « Gagner en efficacité » paru chez Eyrolles.

Ce séminaire et la lecture des ouvrages du Dr Georges m’ont beaucoup apporté. Et cela m’a conduit à une question : Pourquoi l’enseignement, dès le plus jeune âge, ne dispense-t-il aucun atelier ou formation sur la connaissance de soi et de son cerveau ? A l’heure où la robotique va prendre en charge les « hard skills », ce sont nos « soft skills » qui correspondent à des comportements humains, sociaux, relationnels, créatifs,… qui produiront de la valeur ajoutée dans la société et dans nos entreprises.

Cette petite digression pour réaffirmer qu’être slasheur est sans doute une voie d’avenir. Mais qu’il faut avant tout rester maître de soi pour gagner en efficacité et s’épanouir !

Ne pas se disperser est une saine habitude. Elle permet d’enrichir ses expériences, de profiter d’une meilleure concentration et d’obtenir de meilleurs résultats avec moins d’efforts. Ça vaut le coup, non ?

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.