skip to Main Content

Danemark : le patronat se structure pour dynamiser le marché du travail

Après vous avoir présenté la vision du patronat en Suède, puis celle du Canada, je voulais encore partager avec vous celle du Danemark, où le mouvement patronal s’est restructuré, pour mieux répondre aux défis d’avenir. Et notamment travailler à une meilleure adéquation entre les besoins des entreprises et les compétences sur le marché du travail. Le Danemark est bien conscient de sa responsabilité de faire évoluer les compétences de chacun au fil du temps et de faire prospérer l’ensemble de la société.

Le mouvement patronal danois est en pleine restructuration. Celle-ci a démarré en 1989 avec un processus de fusions. Il y avait à cette date 150 fédérations. Elles sont aujourd’hui passées à 13. Il y a une tendance à réduire le nombre d’organisations ou de cartels qui seront en revanche plus grands et plus efficaces.

Clarifier les rôles

Un des objectifs des réorganisations était de clarifier les rôles : la fonction de services aux adhérents est de plus en plus confiée aux fédérations, la confédération DA assurant des fonctions politiques, l’orientation des négociations et assurant un rôle d’arbitrage en cas de conflit.

Le patronat danois développe et encourage la flexicurité !

Et l’explique de cette manière:

S’adapter à un marché du travail dynamique

« Dans un marché du travail dynamique, tant les salariées que les chômeurs sont encouragés à continuer à se former et étudier afin de faire correspondre leurs compétences à celles que les entreprises recherchent. Cela permettra d’une part, d’assurer un nombre suffisant d’employés compétents et adaptables, correspondant aux évolutions technologiques ; et d’autre part, l’avancement de carrière de l’employé. »

Volonté d’amélioration partagée

« Lorsque les employés peuvent se déplacer librement vers des sociétés où leurs compétences et leurs qualifications sont plus demandées et donc récompensés ; autant l’entreprise que les employés (dans leur ensemble) chercheront une amélioration constante du niveau de qualifications et de compétences. »

Gagner à améliorer les compétences

« Les entreprises ont intérêt à faire progresser l’éducation et la formation continue, sans quoi elles seront confrontées à des difficultés de recrutement. La main-d’œuvre aura un intérêt pour l’amélioration de ses compétences constamment parce que les entreprises récompensent la mise à jour des compétences. Un marché du travail plus dynamique permettra également une attractivité plus facile travailleurs hautement qualifiés étrangers dont les entreprises ont besoins. » 

« Au Danemark, nous avons au fil du temps essayé d’établir un marché du travail dynamique. Et nous travaillons sans relâche pour le faire avancer. »

En Belgique, on constate aussi une inadéquation entre les besoins des entreprises et les compétences présentes sur le marché de l’emploi. Comment, selon vous, les entrepreneurs et leurs représentants peuvent-ils contribuer à dynamiser le marché du travail?

N’hésitez pas à partager vos idées.

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.