skip to Main Content
Entreprendre Pendant Cette Crise… Un Pari Fou ?

Entreprendre pendant cette crise… un pari fou ?

Si vous avez un projet ou un rêve d’entreprise, votre réaction spontanée à la crise que nous traversons a probablement été de mettre tout cela « au frigo ». Vous considérez peut-être qu’il est sage d’attendre une période de croissance, plus favorable pour entreprendre, trouver des financements, des clients,…

Si vous me lisez régulièrement, vous pouvez probablement deviner mon avis sur cette question. Quitte à déplaire à certains, je persiste dans mon optimisme entrepreneurial ! En effet, je crois que cette crise présente – sous certaines conditions – des opportunités pour qui sait les saisir. Et cela peut même être une solution pendant ces périodes où le marché de l’emploi se tend.

Une entreprise contre la crise

Pour vous convaincre que l’idée n’est pas ridicule, il suffit de vous retourner sur les crises passées, comme celle de 2008-2009. A l’époque, le nombre de création d’entreprises a augmenté. N’est-ce pas contre-intuitif ? J’ai identifié cinq raisons qui pourraient expliquer ce phénomène.

1. Disparitions d’entreprises et concurrence moins forte !

Une crise produit naturellement une sélection d’entreprises. Les plus fragiles ou les moins agiles risquent de disparaître, laissant une place pour de nouveaux acteurs. Créer pendant une crise peut donc être un bon moyen pour se créer une place, voire pour devenir rapidement leader sur un marché. SI vous créez votre entreprise dans les semaines qui viennent, des parts de marchés seront probablement disponibles et à prendre ! Dans certains cas, il vous aurez aussi plus de facilité à vous faire connaître, puisque l’activité s’est ralentie et que vos clients potentiels ne sont probablement pas assaillis de sollicitations.

2. De nouvelles opportunités se créent…

Les crises en général, et actuellement celle du coronavirus, nous contraignent à changer nos habitudes, que ce soit dans notre pratique professionnelle ou notre vie personnelle. Nous devons revoir nos habitudes de consommation et hiérarchiser nos besoins. Elles nous obligent à supprimer certaines dépenses mais elles font également émerger du coup des nouvelles manières de penser et d’agir et donc de dépenser. Elles créent en cela de nouveaux besoins en termes de services ou de produits.

En cette période particulière, nous évoluons. Les produits et services que nous utilisons, aussi. Cela fait émerger de nouvelles opportunités pour les entrepreneurs qui sauront être à l’écoute. C’est aussi une chance de développer un entrepreneuriat plus respectueux de l’environnement et des gens. A titre personnel, je suis frappé comme nous prenons du plaisir à évoluer dans une société plus locale et humaine, mix de physique et de digital (que j’appelle Phygital). Cette attente plus forte des clients, ce goût qu’ils prennent aujourd’hui, vous pouvez y participer. Il y a des opportunités, qu’il s’agisse de B to C ou de B to B.

3. En période de crise, on apprend à faire des économies…

Nous sommes contraints à faire des économies et à dépenser intelligemment. C’est une très bonne habitude à prendre de manière générale et une bonne habitude à prendre pour un entrepreneur qui démarre. Et qu’il faudra conserver par la suite quand le business commencera à se développer et que les temps seront moins durs. Il est plus facile de commencer avec peu de moyens et de pouvoir lâcher la bride par la suite que l’inverse.

4. Des coûts moins élevés au démarrage…

Les coûts de démarrage liés à votre activité seront certainement moins élevés dans les semaines et mois à venir. Les frais juridiques, de loyers, d’achats de matériels, d’études de marché… se négocient plus aisément en cette période de crise. Votre budget de démarrage peut donc plus facilement être optimisé. De la même manière, vous trouverez plus facilement une main d’œuvre qualifiée à un coût raisonnable pendant cette période, et les mois à venir, où le marché de l’emploi est tendu. Cela pourrait vous coûter moins cher à tous les niveaux en démarrant son activité en temps de crise.

5. Après la tempête vient le beau temps !

L’économie est cyclique : après une crise vient la reprise. Le meilleur moyen d’en tirer profit est d’avoir son entreprise. Se lancer pendant la tempête peut s’avérer judicieux pour être sûr d’être présent pendant le beau temps. Si on entreprend après, il sera trop tard et on ne pourra pas tirer profit de la croissance. Alors au bénéfice du doute, mieux vaut être présent sur le marché le plus tôt possible.

Crise des subprimes, spéculation et aujourd’hui le COVID-19, autant de crises qui inquiètent et qui créent beaucoup d’incertitude ! Mais si entreprendre pendant la crise ne représente peut-être pas être un pari aussi fou que cela… Qu’en pensez-vous ?

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.