skip to Main Content
Et Si Nos Jours étaient Comptés ?

Et si nos jours étaient comptés ?

L’été, c’est un temps pour soi. Pour la lecture et le repos. Pour prendre un peu de hauteur sur la vie, la sienne et celle des autres… Petit sujet qui veut prouver que c’est d’abord notre regard qu’il faut changer pour aborder autrement le monde et ses défis !

Notre époque est, dit-on, celle des crises et des catastrophes. Sur tous les fronts, il semble que les idéologies du progrès ont cédé la place à l’angoisse et à l’anxiété. En 2012, les média se délectaient de la prétendue « fin du monde » anticipée par le calendrier maya, et faisaient le parallèle entre cette interprétation fantaisiste et les événements catastrophiques –  biens réels, eux – qui secouent le monde : extinction des espèces, réchauffement climatique, surpopulation, re-nucléarisation…

Il est rapidement, apparu que la « fin » du calendrier maya représente en fait la fin d’un cycle, et donc un nouveau commencement. Pour nous c’est une invitation à penser autrement le monde et la place que nous voulons y occuper.

Ce qu’en disent les philosophes…

Le philosophe Michaël Foessel montre que le plus urgent n’est pas d’éviter l’éventuelle catastrophe à venir. Notre priorité est de repenser et de réinvestir le monde de manière nouvelle. Il interprète les peurs apocalyptiques actuelles  à partir des expériences contemporaines où les sujets se sentent dépossédés du monde : triomphe de la technique sur l’action, du capital sur le travail, du besoin sur le désir.

Selon lui, face à la fin d’un monde, il y a deux attitudes possibles. Préserver le monde tel qu’il existe ou bien construire un nouvel espace de possibilités. En cette fin de deuxième décennie du (encore) nouveau siècle, nous sommes désormais à cette alternative : perpétuer la vie ou édifier un monde. Les théories de la catastrophe ne se soucient plus de savoir quel monde mérite d’être défendu. En ce sens, le fait que la fin du monde a déjà eu lieu est une bonne nouvelle : cela nous invite à inventer des espaces pour l’action et à fonder un nouveau cosmopolitisme. [1]

Dans un de ses derniers ouvrages intitulé « Décadence« , sous-titré « de Jésus au 11-Septembre, vie et mort de l’Occident », Michel Onfray raconte l’histoire de la civilisation judéo-chrétienne des origines à nos jours au risque, avouons-le, de raccourcis hasardeux. L’Occident, estime le philosophe, ne vit désormais que dans le consumérisme. Or, fait-il remarquer « qui, à ce jour, donnerait sa vie pour les gadgets du consumérisme devenus objets du culte de la religion du capital ? Personne ». « On ne donne pas sa vie pour un iPhone. L’islam est fort, lui, d’une armée planétaire faite d’innombrables croyants prêts à mourir pour leur religion, pour Dieu et son Prophète. »

M. Onfray pourfend aussi le libéralisme qui, selon lui, « est un facteur d’enrichissement des riches et, la plupart du temps, d’appauvrissement des pauvres ». « L’Europe est à prendre, sinon à vendre », écrit-il. « Le judéo-christianisme a régné pendant presque deux millénaires. Une durée honorable pour une civilisation. La civilisation qui la remplacera sera elle aussi remplacée. Question de temps. Le bateau coule : il nous reste à sombrer avec élégance. »

Si nous évoquons ces auteurs, mais il y en a de dizaines d’autres, c’est précisément parce que nous sommes sans doute à la fin d’un cycle, d’une civilisation. Rien de tel que l’optimisme et le courage, qu’il faut préférer à la peur… Le monde a tant besoin d’initiative et d’audace.

La bande son de votre été ?

Les vacances, c’est recharger ses batteries. Je vous les souhaite bien rechargée pour aborder la rentrée.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.