skip to Main Content

L’avenir passera par … une société entreprenante !

Vous l’avez lu comme moi, le nombre de créations d’entreprises diminue partout en Wallonie et dans la Grande Région… Or, pour construire l’avenir, au-delà du fait de créer une entreprise ou d’opter pour un statut d’indépendant, c’est l’entrepreneuriat dans sa conception la plus large et à tous les niveaux qu’il faut encourager!

Le nombre de création d’entreprise en Belgique et plus particulièrement en Wallonie connaît une chute significative!

Cela doit-il nous inquiéter?

La crise appelle des réponses immédiates en matière sociale et économique. Je vois surtout, dans cette situation, les conséquences d’une surdose d’approches court-termistes. A long terme, en effet, il n’est pas concevable de croire que les entreprises et l’immobilier puissent rapporter durablement 15%, alors que l’économie en général stagne sous la barre des 3% de croissance. Il n’est pas plus concevable de penser que les déficits publics puissent s’accumuler sans que les prêteurs ne s’en soucient.

Sortir de la crise exige de sortir de ces logiques.

Il fut un temps où les décisions de court terme étaient prises en regardant le long terme, plutôt que l’inverse.

Pour Edgar Morin, sociologue et philosophe, nous ne sommes plus à l’époque où l’on pouvait penser qu’une transformation fondamentale déterminerait toutes les autres.

Les problèmes auxquels nous devons faire face sont en réalité interdépendants. Et le vrai problème est que tout est à réformer : l’organisation de l’Etat, la médecine, l’agriculture, la consommation… Selon Edgar Morin, si plusieurs réformes se mettent en chemin, il peut se créer un mouvement qui permettra à l’humanité de changer de voie, non pour une révolution, mais pour une métamorphose dans une continuité transformatrice, pour une autre forme d’organisation. « C’est en cheminant que le chemin se construit ».

Militer pour une société plus entreprenante est un de mes leitmotiv. Mais cela exige aujourd’hui de prendre un peu de hauteur!

Entreprendre, c’est bien plus qu’une question de statut, en l’occurrence celui d’indépendant, cela va au-delà du fait de créer de nouvelles entreprises.

Entreprendre, c’est créer de la valeur et de la richesse, pas forcément et uniquement financière, mais également sociale et sociétale. Que ce soit au sein du cercle familial, dans un mouvement de jeunesse, à l’école, ou encore dans une entreprise qui vous emploie (on parlera donc d’intrapreneuriat),…

La culture a une influence importante sur l’esprit d’entreprendre. Au sein de chaque environnement familial, la culture qui s’y développe impacte à mon sens fortement la capacité entrepreneuriale de chaque individu. Accepter qu’échouer est le meilleur moyen de réussir est la clé pour favoriser l’esprit d’entreprendre en Wallonie et en Grande Région.

Exercer un talent entrepreneurial recouvre donc de multiples visages et réalités !

Et c’est tant mieux. Vivre, c’est entreprendre. Et entreprendre c’est exister. Alors pourquoi attendre ? Créons une société plus entreprenante!

A relire : http://www.philippeledent.be/nait-on-entrepreneur-55-sautoriser-lechec-pour-mieux-reussir/

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.