skip to Main Content

Le déclin du salariat va-t-il favoriser l’entrepreneuriat? Qu’en pensez-vous?

Un article paru dans le journal « Le Monde » que je viens de découvrir a permis d’alimenter mes réflexions les facteurs du développement de l’entrepreneuriat en Grand-Région, en Wallonie et plus généralement en Europe.

Cet article traite du « prévisible déclin du salariat ». Je vous invite à le parcourir en cliquant ici.

Cette chronique intéressante a soulevé dans mon chef une interrogation, que je vous soumets.

Le prévisible déclin du salariat va-t-il favoriser l’émergence de nouveaux entrepreneurs ?

La question est posée. Qu’en pensez-vous ?

Le débat est ouvert. A vous de le construire.

Philippe Ledent

Cet article comporte 3 commentaires
  1. Cet article résume très bien ce que je sens intuitivement de l’évolution du monde du travail. Qui ne connait pas dans son entourage au moins une personne qui « pète les plombs » dans le cadre de son boulot, qui ne s’épanouit plus dans sa fonction de salarié au point que leur salaire ne constitue même plus une motivation suffisante pour continuer !
    Aujourd’hui, une partie de plus en plus large de personnes s’interrogent sur le sens de son travail et souhaite contribuer à la société en valorisant réellement ses compétences et ses talents, refuse la hiérarchie de fait et les lourdeurs administratives diverses qui font que l’on ne peut pas changer les choses facilement dans certaines boites, même si on a des idées novatrices et potentiellement porteuses de rentabilité.

    De nouvelles façons de travailler sont déjà en train de se mettre en place, on travaille plus volontiers par projets, en intérim, via Smart ou autres structures de portage salarial, ou en tant qu’indépendant.
    Je pense effectivement que le déclin du salariat va favoriser l’émergence de nouveaux entrepreneurs, mais que l’entrepreneuriat n’est pas si simple à mettre en place pour être viable. L’encadrement et la formation spécifique à l’entrepreneuriat me semble primordiale. Il faudra aussi distinguer les entrepreneurs qui souhaitent développer des activités durables et porteuses de création d’emplois (ou du moins de missions ponctuelles pour plusieurs personnes) et ceux qui souhaitent simplement assurer leur propre subsistance à travers le statut d’indépendant, la stratégie et les compétences requises me semblent assez différentes.

    1. Merci Cécile. C’est tout-à-fait vrai. L’objectif étant qu’il y ait un cadre qui empêche des formes hybrides d’entrepreneuriat de créer de la concurrence déloyale vis à vis de personnes qui entreprennent plus classiquement. Mais à ce jour, je ne constate pas de réelles dérives dans ce sens. Bonne journée

  2. Nous étions juste en train de nous dire, mon mari et moi, que les grandes entreprises ne sont plus vivables! Vive les petites structures, les petits magasins et au fond, vive le rapport humain!!

Les commentaires sont clos.

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.