skip to Main Content
Le Pouvoir, Un Moyen Au Service D’un Idéal

Le pouvoir, un moyen au service d’un idéal

Plus on en a, plus on en veut ? Ces derniers temps, j’ai beaucoup médité sur la notion de pouvoir, et ce qu’il implique, particulièrement au niveau politique et économique. Voici le fruit de ma réflexion

Les anglo-saxons utilisent le même mot « power » pour désigner le pouvoir et la puissance motrice. Car le pouvoir est une force, que les individus peuvent utiliser pour avancer et réaliser leurs objectifs. Pour un acteur politique ou économique, c’est une évidence. Lorsque nous nous engageons dans le développement d’un projet, nous avons besoin de mobiliser les équipes, de prendre des décisions, d’aller chercher les ressources (soutiens, fournisseurs, etc),de convaincre les clients ou les citoyens, etc. Le pouvoir est donc une nécessité. Son absence nous condamne à l’immobilité.

Le problème, comme toujours, survient lorsqu’on abuse de cette force.

Au service d’un idéal

Personnellement, lorsque la question de la limite du pouvoir se pose, je fais référence à la citation de Montesquieu : « Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir ». Au niveau politique, nos institutions nous protègent en se contrôlant mutuellement, eux-même sous le contrôle de la presse et du public. Au niveau économique, ce sont la concurrence et les régulations, lorsqu’elles sont bien pensées, qui nous prémunissent de l’abus de pouvoir.

Mais à une plus petite échelle, au sein de l’entreprise ou dans nos relations interpersonnelles, quel est notre garde fou ? Pour l’indépendant ou le parton de PME qui ne possède pas de véritable contrepouvoir officiel, je pense que la notion d’idéal apporte une partie de la réponse. Lorsque nous agissons en conformité avec notre idéal, lorsque nous nous engageons pour des causes ou des personnes, notre exercice du pouvoir est généralement juste et mesuré. Inversément, lorsque nous agissons par attrait pour le pouvoir lui-même, les problèmes commencent !

Le pouvoir, libérateur d’optimisme et d’énergies

Il est dès lors temps d’utiliser votre pouvoir pour créer de l’optimisme. C’est bon pour le monde et votre entourage, mais c’est surtout bon pour vous ! Car le pouvoir est émancipateur. Les neurologues ont démontré que le fait de posséder le pouvoir active les zones cérébrales liées au plaisir et à la désinhibition. Au contraire, ceux qui en sont privés éprouvent plus de sentiments négatifs comme l’anxiété, la peur ou la culpabilité. Alors usez de votre pouvoir, appréciez-le. Mais gardez aussi la tête froide car, comme l’alcool, le pouvoir enivre et peut vous amener à sous-estimer les conséquences de votre comportement. Voire à oublier les règles élémentaires de prudence.

Si le pouvoir est un moyen au service d’un idéal, plutôt que de nous rendre dépendants, il libèrera les énergies indispensables à la réalisation de grands idéaux.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.