Oui, il y a des Français à qui l’optimisme réussit… et des Belges aussi

Un ouvrage remarquable raconte dix-huit réussites en France. Preuve que, dans des temps difficiles, il y a des Français optimistes. En Belgique aussi, on comptabilise plus de réussite que d’échec. De quoi relativiser la morosité ambiante et nous inviter, avec plus d’optimisme plus que jamais, à entreprendre en Wallonie et en Grande-Région. Car, oui, il y a des Belges optimistes. Pourtant, ce qui suit traite de la France… Dans leur livre “La France des bonnes nouvelles”, Michel Godet, professeur au Conservatoire des Arts et Métiers, et ses co-auteurs Alain Lebaube et Philippe Ratte s’emploient à

Reprendre ou créer une entreprise ? Plutôt les deux

Un porteur de projet se pose souvent la question: dois-je créer ou reprendre une entreprise?  Et si le nec plus ultra consistait à avoir une idée de création d’entreprise, puis à trouver une entreprise à reprendre qui puisse servir de support de développement ? Je vous invite a découvrir le point de vue de Pascal Ferron, vice-président de Baker Tilly France, sur le site de L’Express.fr. http://lentreprise.lexpress.fr/reprise-entreprise/reprendre-ou-creer-une-entreprise-plutot-les-deux_35397.html   https://www.freedownload.network/

La Belgique, un bon exemple pour la protection sociale des indépendants en France

En France, les patrons veulent reprendre le contrôle sur leur système de protection sociale. L’Etat français, à ce niveau, pourrait s’inspirer de ce qui se fait en Belgique, où la protection sociale des indépendants est contrôlée par eux-mêmes à travers des Groupes Sociaux et où des avancées significatives en la matière ont eu lieu ces dernières année, à même de soutenir ceux qui entreprennent. En France aussi, des indépendants et des chefs de T.P.E. et de T..P.I. veulent améliorer leur protection sociale, et surtout la reprendre en main… Il pourrait, par exemple, prendre la Belgique

Si la consommation est le reflet de la société, on est mal barré…

Si l’obésité est un mal planétaire, il doit nous inviter à consommer autrement. Notamment à consommer local et plus sainement. C’est un des enjeux qui concernent les sociétés dites développées. Les entrepreneurs de demain, en Wallonie et en Grande Région, doivent pouvoir en prendre toute la mesure. Le Monde Diplomatique de septembre 2012 titrait : “Obésité, mal planétaire”. Au coeur de la publication, un article met en évidence l’idée que, selon un préjugé répandu, et entretenu par l’industrie agroalimentaire, les personnes obèses, incapables de contrôler leurs désirs, seraient responsables de leur condition. Ce discours occulte