skip to Main Content
Patrons : Attention Au Stress Post-traumatique COVID !

Patrons : attention au stress post-traumatique COVID !

Patron de TPE ou indépendant, prenez soin de vous ! Votre « capital santé » est le premier actif immatériel de l’entreprise. Avec la crise actuelle, vous êtes exposé à une pression et à un risque accrus. Soyez attentif, pour éviter le stress post traumatique…

La crise que nous vivons actuellement a été imprévisible et violente. Elle a un impact important sur une majorité d’entreprises. Ne vous y trompez pas, il s’agit là d’un événement traumatique grave. Même si vous n’en êtes pas encore conscient, elle aura des répercussions psychologiques sur les dirigeants et les salariés.

Stress post-traumatique : kesako ?

Il s’agit d’un état de trouble anxieux qui fait suite à un événement ou à une expérience traumatique. De nombreuses études indiquent déjà qu’il y aura beaucoup de sources de stress après le confinement. Si la première source de stress est liée au danger pour soi ou ses proches, la situation économique est aussi un facteur important. Allez-vous perdre des revenus ? Saurez vous passer le cap et conserver vos clients ? Tout le monde est concerné à des degrés divers, mais les indépendants et les TPE/PME sont tout particulièrement touchés, particulièrement dans les secteurs qui ne peuvent pas facilement se vendre à distance, comme le secteur du service à la personne.

Quels sont les symptômes ?

Une expérience traumatique est habituellement suivie d’une période de dépression et d’angoisse. Mais ces symptômes peuvent chez certains s’atténuer et s’apaiser assez rapidement. On parle de stress post-traumatique quand le dirigeant reste en état de choc psychologique. Les symptômes les plus courants sont :

  • L’intrusion : le patron revit en permanence son expérience traumatique, par la pensée ou en rêve. Elle ne peut empêcher ces souvenirs traumatiques de refaire surface, par des « flash-back » qui durer quelques heures à quelques jours.
  • L’évitement : le dirigeant évite tout ce qui peut évoquer son expérience traumatisante.
  • L’hyperstimulation : le dirigeant est très anxieux, en permanence sur le qui-vive. Il ressent un danger constant, peut être très irritable et avoir des réactions violentes. Un sentiment de détresse peut apparaître quand il doit faire face à des éléments lui rappelant l’expérience traumatisante.

Les symptômes liés au stress post-traumatique peuvent survenir soudainement, quelque temps après l’expérience traumatique ou fluctuer dans le temps.

Comment se soigner ?

Il n’y a pas de recette miracle et plusieurs approches peuvent être envisagées. Chacun répondra mieux à telle ou telle thérapie, en fonction de sa personnalité propre et de son vécu. Je recommande vraiment d’être suivi par un professionnel de la santé, particulièrement un psychologue ou un psychothérapeute afin de vous accompagner en tant que dirigeant dans le processus de soins de votre stress.

  • Il  par exemple une thérapie cognitive et comportementale (TCC).
  • La thérapie EMDR, acronyme de « Eye Movement Desensitization and Reprocessing » (Désensibilisation et retraitement par le mouvement des yeux) est également efficace dans certains cas.
  • Des thérapies de groupe peuvent être indiquées : elles fournissent un soutien de stress post-traumatique. Il s’agit d’une façon de se sentir moins isolé et incompris.
  • Certaines situations nécessitent une prescription médicamenteuse, en particulier pour soulager un état dépressif ou anxieux ou une insomnie liée au stress post-traumatique.
  • Dans la plupart des cas, afin de se remettre d’un stress post-traumatique, il faut envisager un accompagnement psychologique dans la durée.

En tant que chef d’entreprise, vous êtes extrêmement exposé.

Le stress post traumatique n’est pas réservé aux soldats ou aux victimes d’attentats. En souffrir n’est pas un signe de faiblesse.

En tant qu’entrepreneur, vous mettez en jeu votre propre personne. Vous avez le sentiment que d’autres dépendent de vous et de la santé de vos affaires : collaborateurs, famille, … En ce temps de crise du COVID/19, ces difficultés sont amplifiées.

La réaction face à cela est généralement de travailler davantage pour assurer la continuité de votre affaire et trouver des solutions. Même avec une activité à l’arrêt, les patrons qui montent en capacité de travail prennent de ce fait moins de temps pour leur famille, leurs amis et de manière générale leur réseau social. En temps de crise, les dirigeants de petites entreprises qui disent avoir « le nez dans le guidon » se multiplient. On en parle peu, et pourtant, la situation est effectivement préoccupante.

En conclusion, sans être un professionnel de la santé, mais ayant rencontré des dizaines de dirigeants victimes de stress post-traumatique aboutissant parfois à un burn-out long et complexe, je donnerais trois conseils.

  1. Ne restez pas isolé ! Dans ce cas, être seul, c’est toujours être en mauvaise compagnie !
  2. Discutez-en avec votre conjoint ou toute personne de confiance autour de vous.
  3. Bougez, marchez,… C’est bon pour le corps et pour l’esprit ! Tout en surveillant votre alimentation et en évitant l’alcool et le sucre.

Enfin, prenez rendez-vous au plus vite auprès d’un professionnel de la santé. Prendre soin de vous, c’est aussi prendre soin de votre entreprise !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.