Сommentaires (5)

  1. Bonjour Philippe,

    très bel article vraiment ! Cependant, il manque à mon sens, une seule dimension à ton argumentaire, à savoir la justice sociale… Le sentiment que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne est à mon sens aussi un facteur de frustration considérable.

    1. Merci Jean-Pol, tu as parfaitement raison. Cela dit, cela n’a jamais été le cas depuis la nuit des temps. Mais rien ne nous empêche de l’envisager ! Une société interconnectée peut sans doute rabattre ou redistribuer les cartes…

      1. Je crois qu’on dit “rebattre” les cartes

  2. Bien d’accord. Le minimum nécessaire pour vivre décemment devient impayable au contraire de ce qui est inutile. Reste à faire des choix prioritaires.

  3. Bonjour à tous,
    Tout à fait d’accord avec tout ce qui est soulevé. Personnellement, ce qui me fait le plus peur est la conséquence du manque d’écoute, de la mésinformation ( volontaire ou non) voire de la désinformation ( surtout de la part d’autorités reconnues tels que médias officielles, personnalités publiques etc.) cfr propagande au Royaume-Uni précédant le Brexit ou celle sur le traité des migrations MAIS surtout, surtout, l’impunité pour les émetteurs…
    Il en résulte une perte de repère et un manque de confiance croissant dans les autorités quelles qu’elles soient. Ton article a, lui, le mérite d’aller chercher plus loin que ce que l’on entend et d’éclairer…
    On nous parle de chômage en baisse mais qu’en est-il du nombre travailleurs sous le seuil de pauvreté, de personnes sous CPAS, Mutuel, ou même sans rien ? Quel est, alors, le sens de cette information si, partielle comme elle l’est, elle ne reflète pas l’ensemble de la situation ? On nous dit que le pouvoir d’achat moyen augmente. Ok, mais quid de l’écart-type ? et, comme tu l’as écrit, par rapport à quel niveau de besoin ?… Qui aujourd’hui pourrait encore résider hors centre urbain et travailler ou rechercher du travail sans véhicule, sans PC portable, internet ou smartphone un peu performant ?

    Une information venant d’une autorité ou d’une personne reconnue devrait être : Le verre est rempli à 50 %, jamais “à moitié vide” ou “à moitié plein”… Ces deux derniers sont déjà de la mésinformation car tendancieuse.

    Si nous voulons rétablir un confort de vie pour tous, il nous faut tout d’abord rétablir la confiance dans les organismes officiels et autres poids lourds de notre société et donc, tous, informer et être informé correctement. Si les propos politiques publiques quelqu’en soit l’émetteur pouvaient, être soumis aux mêmes règles et donc aux même avertissements et sanctions que la publicité, nous avancerions déjà d’un grand pas. Qu’en pense-tu ? Merci, dans tous les cas, pour cette belle pierre à un édifice colossal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *