skip to Main Content

Un « tart-up » belge à San Francisco décolle grâce à Twitter

Deux Belges à San Francisco, qui proposent des tartes artisanales, prouvent qu’une bonne intégration des réseaux sociaux dans le développement d’un business peut rapporter gros. Découvrez l’exemple savoureux de « Viva la tarte ».


J’ai été interpelé par un article posté sur Twitter et intitulé « Réseaux sociaux, la grande désillusion… ». L’auteur écrivait que les réseaux sociaux ne génèrent pas de business, que 3 ans après l’explosion du social marketing en France la désillusion est à la hauteur des espérances suscitées.

Je m’attarderai prochainement sur cette problématique.

Mais de manière générale, je pense qu’il faut vivre avec son temps, donc avec les réseaux sociaux.

Leur usage ne dispense toutefois pas d’avoir une stratégie commerciale complète. Les réseaux sociaux, bien utilisés, donnent de formidables opportunités de développement à bon nombre d’activités.

Pour preuve, un petit air de « rétromodernité » avec des artisans 2.0 !

A 31 et 32 ans, les Belges Julie Vandermeersch et Arnaud Goethals habitent aujourd’hui à San Francisco et veillent sur une petite équipe de six personnes qui s’activent autour de leur marque baptisée « Vive La Tarte ». Une marque au nom délicieusement exotique pour le marché local et qui s’est spécialisée dans la fabrication artisanale de tartes salées et sucrées.

« Pour faire connaître « Vive la Tarte », le couple commence à explorer les marchés locaux et les fêtes de quartier, jusqu’à ce qu’un employé de Twitter tombe gustativement amoureux de leurs créations pâtissières. Anodin, le premier tweet qu’il lance sur le réseau social va pourtant bousculer la petite entreprise et modifier en profondeur son business model. Avec un nom de compte facile à retenir _ @tarte sur Twitter _ et un enthousiasme qui se propage peu à peu, « Vive la Tarte » va rapidement surfer sur la vague du social media au point d’en faire sa principale arme marketing », précise le Vif, dans un article sur ces entrepreneurs 2.0.

Et lorsque la start-up (ou plutôt la «tart-up» comme ils la définissent avec humour) accepte l’invitation de Twitter pour participer à un film de promotion sur les PME actives sur le réseau social, le nombre de followers et les commandes de tartes commencent alors à grimper spectaculairement.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.