skip to Main Content
Une Idée, Une Entreprise…

Une idée, une entreprise…

Aujourd’hui débute la semaine du coworking. L’apparition de ces espaces de travail et leur popularité ne sont ni un hasard, ni une mode. Ils correspondent à une nouvelle manière d’entreprendre. Aujourd’hui des entrepreneurs agiles, parfois très jeunes, y créent une foule de jeunes pousses. Car il est parfois plus simple de lancer un nouveau projet que de changer l’orientation d’une entreprise mature.

Collaborer, co-créer et faire pousser vos idées

Nous vivons une époque de grand confort pour démarrer un projet d’entreprise. Les outils digitaux, puissants et accessibles, rapprochent les acteurs du changement. Ils permettent de faire plus avec moins de ressources et moins d’espace, de prendre en compte les défis majeurs de notre civilisation, comme le vieillissement de la population ou le climat. Tout cela fait qu’il est aujourd’hui souvent plus simple de créer son entreprise que de trouver un emploi stable.

Il est même facile d’en créer plusieurs, en même temps ou successivement. Cette idée n’est pas idiote car :

  • 3 entreprises sur 5 ne survivront pas à l’économie du futur,
  • 6 métiers sur 10 exercés en 2030 n’existent pas encore (Cabinet Wagepoint)
  • 2/3 des revenus des entreprises qui réussissent n’existaient pas 5 ans auparavant

Quel que soit votre situation professionnelle actuelle, vous avez donc sans doute intérêt à lancer les projets qui vous motivent, à titre principal ou complémentaire.

Le projet qui vous porte… dans un secteur porteur ?

Il va de soi que vous augmenterez vos chances de réussir si vous vous orientez vers certains marchés en demande. Mais qu’est-ce qu’un marché porteur ? D’un point de vue macro-économique, un secteur est porteur quand son taux de croissance mondiale est particulièrement élevé et a vocation à le rester. Cet indicateur est évidemment insuffisant pour s’assurer une place de choix. Mais c’est un bon baromètre pour identifier des activités susceptibles de rencontrer une demande suffisante pour être rentable.

Un secteur porteur s’appuie sur un marché où la demande en produits ou services est plus forte que l’offre, ce qui donne un fort potentiel à ce secteur et des opportunités à ceux qui souhaitent s’y aventurer. Là où la concurrence est encore faible et l’offre peu diversifiée parce que récente, vous pourrez plus facilement vous positionner et forger votre propre clientèle. De nombreux marchés sont dans ce cas à l’heure actuelle. Mais il n’y a pas que les marchés émergents qui sont porteurs. Ceux-ci sont d’ailleurs risqués, car être le premier sur un secteur, c’est courir le risque d’être là trop tôt.

Innover dans du classique ?

L’approche la plus sûre est probablement de proposer une offre innovante sur un marché classique. A ce titre, les secteurs porteurs à l’horizon 2030 n’ont rien de surprenants : santé, alimentation, environnement, éducation, finance, tourisme…

Voici dix pistes d’action :

  1. Le digital, évidemment. Il impacte tout et devient un levier pour faciliter la consommation.
  2. Le mieux vieillir/mieux habiter : les besoins en la matière sont une certitude.
  3. L’alimentation avec le souci de consommer différemment, avec intelligence: moins de calories, plus de protéines, des aliments traçables et locaux. Pourquoi pas les inscectes ?
  4. Les services éducatifs et la formation en général avec la démocratisation du savoir et l’accélération des besoins en connaissances.
  5. Les services financiers avec l’évolution encore silencieuse de la blockchain, la part croissante du crowdfunding,…
  6. Les métiers du développement durable, avec une sensibilité environnementale qui devient un facteur de décision de plus en plus important en matière d’achat. Dans la foulée, l’économie de la fonctionnalité et de l’usage au détriment de la propriété.
  7. Les métiers du marketing et de la vente avec une rupture dans le marketing traditionnel qui évolue vers une logique d’influence, et qui du coup crée des perspectives de développement d’offres nouvelles et parfois inédites.
  8. Les transports avec une évolution des besoins en mobilité.
  9. Le tourisme qui proposera de réelles expériences, s’ouvrira à de nouveaux segments (les personnes âgées).
  10. Ou encore les services à la personne et le bien-être en particulier…

C’est la capacité à développer des offres nouvelles, qui s’appuient tout à la fois sur la technologie et sur l’humain qui constitueront les germes d’une offre innovante et espérons-le : irrésistible !

De nouvelles bases

Pour s’inscrire dans l’économie du futur, vos entreprises doivent être capables de s’appuyer sur de nouvelles bases : l’intelligence, l’imagination, la créativité, la souplesse, la capacité à muter très rapidement. L’avantage de partir de zéro, et même si le risque zéro n’existe pas, pourrait s’avérer payant ! De nombreux jeunes font ce choix aujourd’hui. Leurs atouts : ils sont bien entourés par leurs proches, par des organismes spécialisés comme Challenge ou Chrysaleader que j’ai eu la chance de fonder et qui sont actifs en Belgique francophone. Ils fréquentent des incubateurs, pépinières d’entreprises, espaces de coworking (comme Cowallonia) pour échanger ou tout simplement trouver des ressources ou encore des clients…

Quel merveilleux challenge pour tous les starters d’aujourd’hui et demain. Je vous invite à repérer des opportunités et à préparer l’avenir ou votre avenir. Il y a de la place pour vous… Et si vous voulez en discuter, faites le moi savoir !

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.