skip to Main Content

Une pédagogie des talents humains pour survivre et … renaître !

Nous serons 11 milliards d’êtres humains sur terre en 2100, selon le dernier rapport de l’ONU (source). Dans le même temps, la population globale tend à vieillir, sous l’effet conjugué d’une moindre natalité et d’une plus grande espérance de vie. Les défis qui se posent à nous même et plus encore aux générations montantes sont donc immenses. Heureusement, la relève est déjà là !

J’ai eu le plaisir d’assister, en tant que garant scientifique, à la défense de mémoire de Camille, dans le cadre de son bachelier en Développement Durable. Son sujet : les compétences d’avenir pouvant être des leviers pour la transition écologique dans un contexte de révolution technologique… Elle abordait quatre grands pôles : la transition écologique, la révolution technologique, le monde du travail et celui de l’enseignement. Chacun de ces axes pourrait être à lui seul le sujet de nombreuses thèses approfondies !

Le défi de la formation et de l’innovation

« Il est impossible d’atteindre l’excellence écologique si l’on rejette l’innovation technologique et le modèle socio-économique complexe et mondialisé qui la sous-tend » affirmait récemment Damien Ernst, professeur à l’ULiège spécialisé en énergie et intelligence artificielle et reconnu internationalement.

Dans son mémoire, Camille évoque les »quatre C » : la pensée Critique, la Créativité, la Communication et la Coopération. Ces compétences sont typiquement des qualités humaines. En imaginant que la technologie rende certaines compétences obsolètes, les 4C restent valorisables pour le travail humain et peuvent notamment contribuer à une économie de services à la personne.

Une pédagogie adaptée.

Pour que la société change, l’éducation doit aussi changer. En cette fin d’année où les « perles » foisonnent sur nos réseaux sociaux, certains regrettent l’enseignement de bon-papa… Je pense au contraire qu’il faut aller de l’avant. L’éducation doit préparer les étudiants à répondre à cette demande pour les compétences « 4C ». La pédagogie active associe le développement de connaissances techniques à celui des compétences humaines. En discutant avec Camille, j’ai pu constater qu’elle est déjà pratiquée dans certains domaines. Mais il serait possible d’aller plus loin : projets concrets et à long terme, cours optionnels ou spécialisation sont des pistes qui pourraient être étudiées.

Evitons de culpabiliser, innovons !

Gunter Pauli, spécialiste mondial de l’économie circulaire, insiste que le fait que changer de façon de penser rime avec nouvelles opportunités. La rareté des ressources découle du fait que nous n’arrivons pas à élargir notre perspective. Le principe de base de l’économie circulaire : considérer la production comme un cycle. Les déchets ne sont pas un résidu, mais la matière première d’un autre processus.

Certains proposent parfois une approche radicale face aux défis environnementaux, qui implique une sévère perte de confort et une grande culpabilisation du consommateur. Je pense que cette manière de procéder est contre-productive : l’évolution ne fonctionne jamais à rebours. Revenir en arrière n’est ni possible, ni souhaitable. Il faut donc innover, créer des solutions qui apportent à la fois un confort de vie équivalent ou supérieur tout en étant neutres ou bénéfiques pour l’environnement et le lien social. Par exemple, le fabriquant de revêtements de sols Tarkett vient d’ouvrir au Grand-Duché une ligne de production « Cradle to cradle », capable de produire un revêtement recyclable à l’infini. C’est, selon moi, la bonne direction !

Innover pour survivre, et aussi renaître et faire renaître le bon sens. Nous devons montrer l’exemple et accompagner la jeune génération dans ce beau défi. J’ai confiance en nous, et en eux!

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.