skip to Main Content
Votre Entreprise Est Elle KO Debout ?

Votre entreprise est elle KO debout ?

Au premier quadrimestre 2012, Kodak déposait le bilan et Instagram était racheté par Facebook pour 1 milliard de dollars. Au premier quadrimestre 2018, Carrefour a annoncé un résultat net en retrait de 25 % tandis qu’Amazon annonçait l’ouverture de supermarchés connectés. Ces deux exemples illustrent que des entreprises autrefois leader de leur secteur peuvent vaciller – voire s’écrouler – si elle n’innovent pas.

Ce qui est valable pour ces grands groupes l’est aussi pour les PME et les indépendants. Si vous n’êtes pas l’acteur innovant qui bouscule votre secteur, un de vos concurrent le sera tôt ou tard.

Si vous n’êtes pas l’acteur innovant qui bouscule votre secteur, un de vos concurrent le sera tôt ou tard.

Walking dead ?

De nombreuses entreprises sont déjà mortes mais ne le savent pas encore. Pourtant, ce n’est pas faute de signaux alarmants. Comment est-ce possible ? J’ai regroupé en cinq points les principales plaies comportementales les plus fréquentes dans le chef de dirigeants dont les entreprises vont disparaître. Parce que, comme le disait en son temps Talleyrand, « Quand c’est urgent, c’est déjà trop tard ».

Effet tunnel.

Avec des sollicitations de menaces ou objectifs à moins d’un an, l’attention de l’entrepreneur se rétrécit sur un point minuscule à l’horizon, effaçant les informations vitales à la périphérie. Cet effet est amplifié aujourd’hui par des visions très court-termistes. De nombreux dirigeants sont victimes d’auto-intoxication avec des informations venant uniquement de l’intérieur du secteur d’activité. Sans veille même minimale à l’extérieur du secteur pour disposer d’un regard transversal.

Déni, peur du changement, de l’inconnu…

L’incapacité à sortir de sa zone de confort et l’allergie aux risques dans l’entreprise amènent des dirigeants à recycler des « tendances as usual ». Ou des stratégies obsolètes pour ne pas « bousculer » et assurer une continuité… L’excès de confort procure un sentiment d’invulnérabilité…

Scepticisme systématique face aux innovations et à la modernité.

Rouler avec le frein à main implique de rattraper le train avec plusieurs années de retard.

Satisfaction dans le statu quo.

L’allergie au risque conduit ces entrepreneurs à « préférer » le statu quo. Alors que leur mission est davantage de le « challenger » comme l’a fait en son temps Steve Jobs et Macintosh en 1984, avec comme seule ambition de « modifier l’ordre établi ».

Isolement.

Certains entrepreneurs sont coupés du monde réel. Ils n’ont jamais traversé leur région par manque de curiosité et éveiller leur esprit pour transformer des certitudes ou des menaces, en opportunités. Bref, sortir de leur zone de confort.

Ces plaies empêchent d’appréhender le monde sous un angle nouveau. Le pouvoir de l’audace et de l’optimisme transcende celui de la peur, voire du découragement.

Cet article comporte 1 commentaire
  1. Juste une question : Qui est devant ces entrepreneurs ? Des universitaires, des comptables, des avocats… Chacun dispose d’une parcelle de savoir. Un entrepreneur a un langage 360°, des faits rien que des faits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top

entrepreneur idéal
Découvrez mon nouveau livre

L'entrepreneur idéal - Éloge de la permaculture d'entreprise !

Je vous propose une vision renouvelée de l’entrepreneuriat, basée sur les principes de la permaculture. Tirez le meilleur parti des technologies, de vos équipes et de vous même pour développer un projet humain et durable.